Nourrisson : Diversification alimentaire

lundi 28 avril 2014
par  webmestre1
popularité : 13%

Docteur Antoine BALAGAYRIE
Tél : 06 80 21 51 36
antoinebalagayrie gmx.fr

Calendrier de la diversification alimentaire du nourrisson
Avertissement : la tendance est à retarder la diversification alimentaire.
La composition des laits premier et deuxième âge permet une diversification alimentaire plus tardive. En raison de la recrudescence des allergies, on peut attendre sans problème jusqu’à six mois en cas d’allaitement maternel et en cas d’eczéma atypique par exemple.
On recommande alors un allaitement maternel strict sans diversification jusqu’à 6 mois et la maman allaitante ne mangera pas d’arachide. Les aliments réputés allergisants (blanc et jaune d’œuf, poisson...) sont introduits après un an.

Cinquième mois ou plus tard : 4 repas
Introduire le lait de suite (enrichi en fer et en acide linoléique).
Matin :

  • un biberon de lait de 150 à 180 g.
    Midi :
  • introduire 1 à 2 cuillerées à soupe de légumes (+ 50 g) : carottes (surtout si diarrhées), haricots verts, épinards (laxatifs), tomates, poireaux (laxatifs), artichauts dans le biberon de lait du midi ou mieux à la petite cuillère avant le biberon (profiter que l’enfant a faim).
    N’introduire qu’un légume à la fois en laissant un intervalle de 2 à 4 jours environ. Eviter ceux qui peuvent donner des gaz (navets, salsifis, choux). Brocolis et choux -fleurs sont plutôt bien supportés.
  • Quinze jours plus tard environ, lorsqu’il accepte bien ses légumes et la petite cuillère introduire les compotes de fruits. Ce qu’il veut en quantité, c’est-à-dire 1 petit pot complet maximum et compléter par du lait selon l’appétit. Fraises, framboises, kiwis ne seront donnés qu’à partir de six mois.
    Goûter :
  • 1 biberon de lait de 150 à 180 g et un petit pot de fruits.
    Soir :
  • 1 biberon de lait + éventuellement 3 cuillerées à café de farine sans gluten.
    Boisson :
    20 à 30 ml de jus de fruit ou eau.
    On peut ajouter à tout cela un biberon supplémentaire + eau à la demande, surtout en été.

Sixième mois ou plus tard
Introduire les laitages, la viande et le poisson. N’utiliser du lait de vache que « si l’on ne peut faire autrement ». Utiliser alors le lait UHT entier ou demi écrémé selon la croissance pondérale du bébé.
Savoir qu’un yaourt, deux petits-suisses ou 60 g de fromage blanc équivalent à 125 ml de lait.
Matin :
1 biberon de lait de 150 à 180 grammes.
Midi :

  • légumes : 100 g de purée,
  • viandes : introduire progressivement 1 cuillerée à café puis jusqu’à 30 g (soit 2 cuillerées à soupe). On peut donner poulet, bœuf, veau, agneau, jambon cuit sans matières grasses. Eviter porc et mouton qui sont des viandes grasses plus difficiles à digérer, ou donner un petit pot légumes-viandes de 130 g. Une fois par semaine donner du poisson maigre (sole, colin, merlan, limande, raie, carrelet, lotte, turbot, cabillaud).
  • Dessert : compote de fruits ou un fruit cru écrasé ou un petit pot de fruits de 50 à 100 g (banane ou pomme râpée si diarrhée).
    Goûter :
    1 biberon.
    Soir :
    Une soupe de légumes (100 à 150 g) et un dessert lacté : 60 g de fromage blanc ou un yaourt nature ou deux petits-suisses (équivalent à 125 ml de lait) ou un biberon de lait. Il n’est pas nécessaire de sucrer les laitages (si bébé apprécie).

Septième mois

  • Laitages : gruyère râpé (10 g = 80 ml de lait), fromages cuits à tartiner (apport en calcium, protides, vitamines),
  • viandes, protides : 30 g, introduire le jaune d’œuf cuit dur mixé, le foie (une fois par semaine, apport en protide, fer),
  • légumes : 100 g à 150 g, introduire la pomme de terre,
  • fruits : 100 à 150 g, introduire la banane.
  • féculents : semoule, tapioca, flocons d’avoine, farine de riz (par exemple le soir en bouillie) ; ou farines : BLEDINE CROISSANCE.

Huitième mois

  • Lait et laitages : minimum 500 ml, maximum 750 ml,
  • féculents : céréales au petit déjeuner par exemple,
  • matière grasse : crème fraîche (dans potage), beurre. Les matières grasses ne sont vraiment indispensables que vers l’âge de un an. Apport en vitamine A et E.
  • quantité : un pot de 200 g légumes-viande.
    Neuvième mois
  • viandes : la cervelle est actuellement déconseillée,
  • légumes : commencer les petits morceaux, apport de fibres,
  • féculents : pain, biscuits, pâtes,
  • matières grasses : huile, huile d’olive, colza, soja, tournesol. Pas d’arachide, en raison de la recrudescence d’allergies.

Dixième mois

  • viandes : protides 50 g. Introduire le blanc d’œuf (exemple : 1/2 œuf à la coque),
  • fruits : 100 g.

Onzième mois

  • laitage : fromages fermentés,
  • féculents : riz en grains, cacao, vermicelle. Le riz peut être différé vers 18 mois si bébé l’avale de travers.

Vers un an
L’enfant mange pratiquement de tout ! mais pas n’importe quoi, ni n’importe quand ! Il participe au repas familial.

  • laitage : on peut donner Croissance de Candia ou Blédilait, supplémentés en fer et en acides gras essentiels (mais assez chers),
  • viande, poisson, œuf : éviter la charcuterie avant l’âge de 2 à 3 ans (trop de graisse et de sel). Par exemple dans une semaine :
  • 3 fois de la viande,
  • 2 fois du poisson,
  • 1 fois des abats,
  • 1 fois un œuf,
    quantité : 30 à 50 g par jour :
  • légumes : légumes secs, lentilles (apportent des fibres). L’habituer progressivement aux morceaux,
  • jus de fruit : 50 ml,
  • matières grasses : préférer les huiles végétales,
  • éviter les excès de sucre rapide qui donnent des caries et sont transformés en graisse,
  • supplémenter en fer : FEROSTANE (fer), FUMAFER (FUMARATE FERREUS), si pâleur, petit appétit, ou infections ORL récidivantes. La carence martiale est très répandue,
  • eau : seule boisson indispensable, jus de fruits occasionnellement, sirops et sodas sont à éviter absolument (20 morceaux de sucre par litre !) pour éviter la surcharge pondérale.


Commentaires