Textonic

samedi 3 octobre 2015
par  webmestre1
popularité : 17%

TEXTONIC



Antoine Balagayrie

Kimo Kopczynski

 Couverture



« Ceux qui se battent
peuvent perdre
ceux qui ne se battent pas
ont déjà perdu. »
Berthold BRECHT


 1


 2

« Oh ! comme j’aimerais être morte
Absolument non existante
Partie loin d’ici
De partout mais comment le ferais-je
Il y a toujours des ponts
Le pont de Brooklyn
Mais j’aime ce pont
(de la tout est si beau et l’air est si pur)
lorsqu’on y marche cela semble paisible
même avec toutes ces voitures
qui vont comme des folles en-dessous. »

Norma Jeane MORTENSON

 3


 4

Avant que de penser
Vous avez été rêvé, fantasmé, redouté, accueilli
Par au moins trois générations

 5



« Ou alors,
s’il m’a draguée
c’était très discret ».

 7

Mourir et renaître
En même temps.

 8

L’incroyable fertilité
Du chaos

 9

Joyeux anniversaire
Adèle Blansec
Vous souvenez-vous de
La promesse que vous me fîtes
D’un dîner avec vous ?

 10



Il attache pas
Les chiens
Avec des saucisses !

 11

Capoeira !
Il vaut mieux avancer
Dans le chaos
Que de piétiner
Dans l’ordre.

 12

Arrête de pleurer
Pénéloppe

 13

Ce n’est pas en tirant
Sur les pétales
Qu’on fait pousser
Les fleurs !

 14


 15

Le respect ? !
C’est une invention d’impuissant

 16

J’dis ça j’dis rien

 17

Et chaque génération
Est pire que la précédente.

 18


 19

Veste tweed
Pantalon beige
Chemise bleue
Mocassins marrons.

 21

Nous sommes de la
Même famille
Après tout.

 22

Is there a back door ?

 23


 24

Arrêtez de me
Pisser dans le dos
Pour me faire croire
Qu’il pleut.

 25

La fille en si, la fille en là...
Ouvre son cœur
De ci de là

 26

J’ai l’impression
D être une marionnette
Entre les mains de mon passé.

 27


 28

Rejeter l’autre
Pour sa différence
Ça n’est pas
Le message du Christ.

 29

Elle cherche un Maître
Sur qui Régner.

 30

Laisse venir...
N’attends rien

 31


 32

Au grès du monde
vagabonde

 33

Petite girl de bandes dessinées
Sautille dans mes rêves délavés,
Humides eux aussi

 34

Ma quenouille, ma tapisserie,
Défaite chaque jour
Reprise chaque nuit

 35


 36

Mon compagnon de route,
Ces pages écrites devant moi
Mon histoire où vas tu ?

 37

Valse de retour de changement d’avis...
Et tes doigts sont si fins
Qu’aucun anneau ne peut y demeurer,
Et ton cœur est si loin, et ton cœur est si près...

 38

Ni le visage des disparus
Ni la souffrance des vivants.

 39


 40

Glisse à l’instant que tu vis...

 41

Au train où je joue...

 42

Puis-je vous parler
Seul à seul ?

 43


 44

Les femmes, pas toutes !

 45

La première fois
On s’est pris au hasard
La deuxième
On s’est choisis

 46

Veuillez dire une commande
Blurp blurp

 47


 48

I cant say anything
Because i do the same
You’re so interesting
Moving into the frame

 49

Le sage tait ses origines

 50

Le Roi n’est pas un sujet

 51


 52

Jamais plus de
Trois couleurs à la fois

 53

Que le fils y touche
C’est normal,
Que le père y touche
C’est un crime

 54

Il y a toujours une femme
Pour t’arracher le cœur
Et une autre pour
Te le remettre à l’endroit

 55


 56

Si tu dis la vérité
Tu peux pas faire
De surprise

 57

N’oubliez pas que
Je suis aussi psychanalyste

 58

Fais-je chauffer
Les marmites
Pour ce soir ? ma belle

 59


 60

Sur les larmes du temps
Glissent nos rêves clos

 61

En amour
Rien n’est sûr
Ni toujours, ni futur
Seul importe le présent
Entre deux étages
Dans tes bras nonchalants
Sommes-nous sages ?

 62

Zut j’ai envie
De faire l’amour
Mais il est trop tard

 63


 64

I’ ll tell you love things
Every day again
I’m sad that this evening
You’ ll take the train

 65

You look so close to me
I wan’t to start the game

 66

Sur les ailes du Temps
La tristesse s’envole

 67


 68

Je suis rue Barrere
Et pense à Toi
Besos
Antonio

 69

Quand je repense
A la Callas

 70

Ah ! La Callas

 71


 72

La glace du désert
De Harran
Est toujours
Dans la pomme rouge
Du cognassier d’Abraham.

 73

Ce sera bien le soir
Un jour ou l’autre

 74

Si les mots
Meurent dans tes rêves
Un jour tu mourras
Dans les leurs
Puisqu’il faut atteindre la grève
Quand vient l’heure

 75


 76

Le jour vient de se lever,
Les animaux vont boire
A la source
Les champs sont déjà
Suspendus de poussière,
Et le ciel bleuit peu à peu

 77

Je suis amoureux,
Et j’écris.
Les deux plus belles choses
Du Monde me sont données,
Les deux plus importantes
L’amour et la littérature.

 78

Il y aura toujours
Une part de moi
Qui t’aimera
Eternellement » Bises
Séverine

Octobre 2010

 79 et dernière page









Télécharger le document Textonic au format .pdf ... Cliquer ICI


Vous souhaitez m’aider à continuer à publier ma poésie sur ce site ?
Je vous propose de me faire un don d’un montant que vous jugerez adapté, à mon compte Paypal https://www.paypal.me/cab51



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Textonic