Sixième partie : Le rire de Sarah

samedi 25 janvier 2014
par  webmestre1
popularité : 21%

Sixième partie : Le rire de Sarah

Sarah entend à travers la toile de tente YHWH annoncer à Abraham la venue du fils, en quelque sorte elle vole ce secret, elle dérobe la parole solution de l’énigme de la conception révélée.
Et en cet instant, elle se met à rire, et YHWH s’étonne que Sarah pense qu’il y ait quoi que ce soit de difficile à Lui.
R . VASSE voit dans ce rire de Sarah un court-circuit entre deux langages, celui de la chair et celui du divin.
Quant à P. SOLLERS il relève dans « Femmes » qu’Isaac veut dire rire.
Qu’est Sarah dans la perspective du récit sinon manquante elle aussi ?
Comme Abraham, sans ce manque son désir sommeillait.
Une nouvelle fois la langue vient nous dire son mot : nekeva féminin en hébreu vient du verbe nakav faire son trou, marquer, désigner.
Alors Abraham et Sarah sont incomplets, même ensembles leur désir n’est point satisfait. Ils ont fuit l’insatisfaction dans la réplétion, ils accèdent maintenant à la plénitude du manque.
Ainsi l’instance tierce que nous évoquions à la fin de la partie précédente, est ici la parole divine dérobée par Sarah.

Aller à la page précédente ... Cliquer ICI

Aller à la page suivante ... Cliquer ICI


Vous souhaitez m’aider à continuer à publier sur ce site ?
Je vous propose de me faire un don d’un montant que vous jugerez adapté, à mon compte Paypal https://www.paypal.me/cab51



Commentaires