L’amour : une opportunité d’affaires à Port-au-Prince ?

REGARDS
mercredi 26 août 2015
par  webmestre1
popularité : 18%

il y a 4 jours
Publié le 17 août 2015

Peau d’ébène, taille de guêpe, fesses rondes et rebondies.
Déhanchements lascifs. Elle est belle ! Lui, il conduit une voiture récente ! Elle... cherche à satisfaire ses besoins. Lui... en quête d’assouvir ses désirs. Deux regards qui s’accrochent et se prolongent... Sourires complices ! L’amour, souvent, est au tournant d’une rue. Les nombreux embouteillages servent des fois à créer les occasions. Nous sommes à Port-au-Prince, en 2015. On s’amourache, sans attache. Cette jeune femme qui vient de monter dans cette voiture a plusieurs partenaires réguliers. Le conducteur, non plus, n’est pas à son coup d’essai. Le covoiturage devient, de plus en plus, une technique de drague.

Certains n’hésitent pas à parler de prostitution ! Pourtant, ces jeunes filles ne se considèrent pas comme des putes. Et les hommes qui les fréquentent ne s’avouent pas être des clients.

Dans ce monde où le respect, la reconnaissance sociale et la personnalité des gens sont mesurés à l’aune de leur réussite financière, des jeunes décident d’offrir de « l’amour » contre leur subsistance et un peu de luxe. Ici, la pauvreté est la règle, sortir du lot devient l’objectif majeur. De plus, elles savent que la beauté a un pouvoir d’attraction immense. Elles ne rêvent plus de prince charmant. Et elles savent que leur jeunesse éphémère est leur alliée la plus sûre. Plus tôt, dans leur courte existence, elles ont assisté à la déchéance d’une tante ou de leur mère qui a tout traversé et surtout tout donné. Les aînées se sont fait berner , alors cette génération a décidé de monnayer.

« Utilise ce que tu as pour obtenir ce que tu veux » C’est leur devise ! Elles sont calculatrices et froides... Nous sommes loin de la maîtresse traditionnelle et docile qui attendait, patiemment, les discrètes visites de son amant marié. Elles mettent en avant toutes sortes d’astuces. Tantôt, des SMS tendres et amoureux. Par la ruse, elles soutirent des sommes d’argent plus ou moins importantes de leurs amants. Elles inventent de faux deuils, des grossesses fictives, des anniversaires à préparer, sachant que l’homme marié ne pourra y participer. Les hommes sont embobinés royalement. Ceux-ci deviennent des « sponsors ». Un amant attitré pour chaque compte de dépenses.

Les disparités sont criantes en Haïti, la paupérisation de la population par l’inflation et la décote de la gourde transforment le quotidien en chemin de croix. Parmi ceux qui devraient être une source d’inspiration, des modèles, on retrouve les pires bandits. Qu’avons-nous fait pour laisser nos enfants à ces choix ? On assiste à la perversion des relations humaines. Nos jeunes filles n’aiment plus ! Elles gèrent !

Le phénomène se banalise. Certains hommes d’âge mûr, dont la longévité sexuelle a été repoussée grâce au viagra, « paient » chèrement la présence, à leur côté, de ces compagnes beaucoup plus jeunes. Chacun semble y trouver son compte. On va droit au but. La séduction a des airs d’une vieille chanson rétro...

Cette déviance morale qui se traduit par des pratiques sexuelles débridées pourrait résulter d’une pluralité d’absences. Absence des parents biologiques, l’exil... Une génération de jeunes avec des carences affectives, traumatisés par la misère évoluant sans normes, sans repères et sans affiliation sociale. Des épaves témoignant de notre naufrage collectif.

Elles sont belles et possèdent un corps de déesse. Certaines ont 16 ans mais leur corps en affiche 20. Leur maturité physique, souvent, ne correspond pas à leur développement mental et surtout intellectuel. La mode, la publicité et le « star system » fabriquent des images stéréotypées de la femme.
Elles sont considérées comme des trophées que les hommes affichent pour montrer à la communauté leur pouvoir, leur puissance et leur réussite.

Dans ces relations, aucun engagement. L’un et l’autre sont sur des chaises éjectables. Un véritable marché du sexe et de... l’amour illusion... Les transactions n’arrêtent pas, les affaires marchent... Elles gèrent !

Auteur
Aly Acacia alyacacia hotmail.com




Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • L’amour : une opportunité d’affaires à Port-au-Prince ?