La fête Pétainiste à Saint Eloy

par Michèle LAVÉDRINE
vendredi 24 juillet 2015
par  webmestre1
popularité : 14%

Un épisode plutôt amusant, mais très minable, « Maréchal nous voilà » à SAINT ELOY :
Par commandement de Mlle CARNU, divine inspectrice primaire Vichyssoise, nous avons dû aller, sans échappatoire à une fête organisée à SAINT ELOY pour les scolaires, propagande vichyssoise s’il en est.

Toutes nos élèves, et nous-mêmes, même le cours préparatoire, avons dû y aller, à pied bien sûr, au moins 5 kms A-R, beaucoup pour les petites jambes.
Encore faisait-il très beau.
Entassées dans je ne sais plus quel local, peut-être une tente, toutes les classes du canton étaient là, y compris et surtout les cours complémentaires. Je n’ai jamais vu spectacle aussi minable.

L’organisatrice était une femme entre deux âges, qui se voulait coquette. Elle avait des bas ! Mais comme elle avait des chaussures très « été », elle avait carrément coupé le bout du pied de ses bas ! C’était très drôle, et nous riions beaucoup sous cape.
D’autant plus que, sachant PETAIN, quoique âgé, très vert et aimant beaucoup les femmes, on en déduisait, en riant, qu’elle pouvait être sa maîtresse.
Naturellement les bas et le spectacle n’étaient qu’une mise en scène, sans jeu de mots. Regardez comme nous souffrons, mais nous représentons l’honneur de la FRANCE dixit PETAIN.
Le spectacle lui-même, sur quelques tréteaux, était absolument minable. Et la propagande vichyssoise y puait.
Trois jeunes gens, genre scouts, représentaient « la jeune FRANCE », voir Milice, jeunes du S. T. O., etc. Il devait y avoir une ou deux quelconques jeunes filles, j’ai oublié le jeu. Paroles grandiloquentes (alors qu’on était bel et bien sous le joug allemand) et surtout chants patriotiques, ou dits tels.

Évidemment, la chanson « Maréchal nous voilà » qui remplaçait la Marseillaise.

À MONTJOIE, maîtres et élèves l’ignoraient ; heureusement, si on peut dire, les élèves des cours complémentaires avaient dû l’apprendre, et faisaient le fonds du chant de l’auditoire. Moi, j’étais bouche bée, parce que je l’entendais vraiment, et parce que des élèves la savaient.

Par la suite, la TSF la serinait tant que je l’ai su :

  • Maréchal, nous voilà, devant toi le sauveur de la France,
  • Maréchal, nous voilà, tu nous as redonné l’espérance
  • La patrie reneître, Maréchal, Maréchal, nous voilà »

Plus des couplets....

Il faut souligner que« l’éducation constituait la grande obsession du » Maréchal ", qui s’en préoccupait au point d’avoir souhaité en 1934 être en même temps ministre de l’Éducation nationale et de la Guerre. Sa politique scolaire, y compris dans sa dimension d’éviction des juifs et des francs-maçons, ne devait rien à une pression des Allemands ......


Lire la suite L’homélie du curé de Montaigu

Télécharger le document Et Toi, tu faisais quoi entre 40 et 45 ? au format .pdf (5 Mo - 106 pages A4 illustré) ... Cliquer ICI



Commentaires