FLO

jeudi 22 janvier 2015
par  webmestre1
popularité : 14%

FLO

Mon pote mon sang
Un roc plein de conscience
A l aube debout il fait de la résistance
Se prénomme Florian son cœur un océan
Toujours présent dans mes moments de transe
L’amitié il connaît les valeurs
Aujourd’hui ça fait maintenant 6 ans et je compte plus les heures
Une épaule solide pour essuyer mes larmes
Un garçon timide mais un putain de frère d’armes
Avec lui le malheur n est qu un oiseau
Un coup de fusil car il chantait faux
Le sourire ravageur mais les femmes l ont trahi
Des salopes il en a connu qu une
Dans les bras d un autre la rage l anime
Sous le flot de ma plume j écris mes rimes
Car c’est plus dans son lit qu’elle s’allonge
Laisse la place vide et ses nuits pleines de songes
Il l aimait mais merde c ‘est dans le dos
Qu’elle l’a poignardée, le sang coule
Ses larmes je peux plus les compter
Des vagues d’amour mais la houle
Lui a brisé les os, mauvais ko
Car ses honnête qu il exprimait ses sentiments
Il a donné mais rien en retour
C’est dur une vilaine claque qui le tourmente
Le tournant de son histoire car il ne tourne plus a l’eau plate
Mesquine la haine le taquine
Son cœur saigne et elle, elle l’assassine
Rien qu une catin capitale de la corse
Il avait pleins de rêves, brutale est son entorse
Un mauvais chapitre avec un point final
Des pensées sordides un pantin qui ne fait plus le pitre
Car elle le méritait pas mais devrait prendre trois balles
Pour moi un poteau comme ça y’en a pas des masses
J ai eu de la chance car au fond du trou il ma tendu la hache
Pour trancher la tête a ma lâcheté
Pour redresser la barre pour recroquer la vie
Pour sourire pour plus souffrir
Pour éviter de vouloir mourir
Pour écrire sans sursis
Pour résister il est trop fort
Car c’est son cœur qui est remplit d’or
Jeunesse sans maladresse
C’est lui la clé de mon coffre fort
Une famille formidable chez eux le diable n’a pas de cornes
Je l’aime et je lui dois beaucoup
C’est lui qui sème mes petits cailloux
Il peut compter sur moi pour ne pas lui tourner le dos
Il peut squatter chez moi le clic-clac ne retourne pas le dos
Je l’aime mon poteau et l’abandon est illusoire
Ça a commencé sous un préau et ça continu a partir du vendredi soir
Pour lui je serais toujours présent le bon gars pas la par hasard
Je n’ai pas travaillé dur pour le mériter
Juste à lui ouvrir mon cœur plein de sincérité
Jamais le moindre coup de pute ya trop de respect
Et ceux qui ne sont pas à leur place en payent rapidement les frais
C ‘est mon ami mon âme sœur un mec au grand cœur
Une p’tite bouille qui sait bousiller
J arrive à la fin mais je continue de planer
Et ce texte restera a jamais gravé
Dans mes mémoires il ne cessera jamais d exister



Commentaires