L’ANARCHIE DU FRIC

jeudi 22 janvier 2015
par  webmestre1
popularité : 15%

L’ANARCHIE DU FRIC

Anarchie, anarchie
C’est parti, le peuple a dit oui
Alors c’est pareil
6 mois de campagne présidentielle
Un frottis idéologique
Logique, c’est logique
C’est l’apologie de la démagogie
Tragique, mais en attendant
Ce jour historique
C’est toujours les riches qui s’enrichissent
Et les pauvres qui s’appauvrissent
Mon poil s’irise
Car ce petit est plus petit que moi
Tolérance 0 çà triche
Va dire à Sarko qu’il a perdu le permis
Putain d’injustice, égalité factice
J’ai pas grandi
Mais j’ai pris des coups
J’ai toujours eu des couilles
J’ai pas peur des schmits
Tu peux me serrer, me cuisiner
Mais pas de cuisine Schmidt
Pas de shit et pas de troc
Le marchand me vend du sable
Et pas de la coke
T’es à côté, je suis calimero
Mais ma coquille n’est pas cassée
Me casse pas les couilles
Je fonctionne au respect
S’ils sont deux et que tu dérouilles
Je viendrais t’aider
De l’aide, help
Mais pas de coups fourrés
Et si tu veux du sexe
Mets du latex
Pas d’amour sans caresses
Et pas de baise sans préliminaire
La vie est courte
Et si t’as vu weeds
Tu dis oui
Je suis né dans le berceau bouddhiste
Réunion collégiale autour d’un feu de camp
Pas d’action commerciale, on fume un joint d’afghan
Soit tolérant, soit indulgent
Ton intransigeance te rend arrogant
Un conseil gars
Quand tu connais pas prends des gants
Tu cotise 40 ans
Et tu crève sans voir la retraite
A bat les traîtres
Les mauvaises traites
Et les pluies de dettes
Tu fais ton jogging
Mais au dessus de ta tête
Le revolving a prit perpét
Damoclès au dessus de ton lit
Et le revolver collé sur ta tête
Ignorant l’injustice règne en maître
Et l’argent fait le succès
Le talent aussi il paraît
Pourtant cette meuf ne sait que sucer
Et pourtant la prod lui signe un contrat d’exclusivité
Pourquoi tu me fais chié quand l’argent est sale
Va mettre du beurre quand t’as pas d’épinards
Je deal ma vie contre un CDI
Et ton 13e mois
Lui a ses primes
Que s’il vend ses grammes
Monte en grade qu’en faisant des crimes
Et si t’y crois pas
Va faire un tour dans les favelas
Pour un sou tu meurs
T’achète la misère
Le triangle d’or n’est pas d’or
Pour les pauvres
C’est l’heure l’argent t’a à l’usure
Tu dors mais la tumeur se réveille
C’est sûre t’as le cancer de l’oseille
Et si t’en veux pas c’est pareil
C’est dur mais plus t’en a
Moins tu tends l’oreille



Commentaires