Je me présente julien Claderes

jeudi 22 janvier 2015
par  webmestre1
popularité : 20%

Je me présente julien Claderes
29 septembre 87
Je suis né a Bruges
Clinique Jean Vilar
Des sentiments dans les étages
Deuxième enfant
Mais pour maman
C’est la troisième sur le billard
Je suis pas un bâtard
Juste un fils de parents divorcés
Ma vie cette bombe
Que je viens désamorcer
Amorce contrastée
Des cris des rires
Et bien plus tard la rime
Cette brise détestée
Par ces autocrates
Trop glacial l’aveu du pédiatre
Désolé madame vous serez stérile
Je remercie le ciel
Son ange gardien
Echange ses ailes
Contre le cordon ombilical
Alors je suis là
Intrépide équipe
Au final on est 4
Ca pique
Et ça t’apprend a vivre le RMI
Et puis je grandi
Pas d’écart pas de tunes
Mais je joue pas le lascar
Au milieu de la jungle
Je suis Simba qui encule Scar
C’est dingue mais pour le pas
Faut baiser les hyènes
Conserver ses chaînes
Mauvaise graine
Moi je signe pas
Jeunesse de nomade
Je déménage
A chaque fois c’est le nouveau départ
Pas papa et aucune attache
Education parfaite
Maman est fière
Pas de superflu c’est sûr
Mais l’assiette est pleine
Le jour se lève
Propre jean et basket
Mes yeux s’abîment
Elle paye mes lunettes
Et a l’économie
Ma première play était honnête
Et puis je grandi arrive au collège
Premier cortège
Le sport et les notes m’intéressent
Je stress pour les contrôles
Car c’est sûr je suis pas manuel
L’école mon avenir
Mais j’ai jamais joué l’élève modèle
Très tôt grande gueule insolence
Mais résultats corrects
J’évite les remontrances
A vrai dire c’est bête
Mais je passais les classes avec cohérence
J’aimais l’école la classe
Alors j’ai pris ma chance
Je vivais le club med
Pas d’hamamet mais du collège
Et je connais pas l’échec scolaire
Merde, en clair oublie ton cortège
Ne fais pas confiance
Je sais de quoi je parle
J’en ai fait l’expérience
Un combat t’es déçu
Sauf si c’est facile
Tu naît et ton banquier se mobilise
T’es déjà posé un trône doré
Et ton petit cul se fossilise
Crois moi la vie c’est la mentale
C’est dans la tête
En France c’est bête
Mais tu rate une fois
Et t’es un cas social
Et puis tu prends des baffes
Quand ce gendarme mal luné
Vient te faire chier pour seulement dix grammes
Trop regrettable quand pour 20 connards
Il y a seulement l’inspecteur Thomas
Et puis t’avance pas une justice qui rame
Car ces barges oublient a l’amiable
Pas aimable blanc et glacial
Un passage a tabac et tu termine a l’hôpital
Tu te bats qu’en bande connard
Soit seul sur un banc et je te descends de ton pieds d’estal
Je suis bon garçon mais quand j’étale mes maux
C’est comme un verre de sky sans le glaçon
Quand je prends le micro
C’est comme un pic à glace a la prison
Je réalise que le temps passe vite
Que si tu reste laxiste tu ne vois plus l’horizon



Commentaires