RESPECT TOTAL

jeudi 22 janvier 2015
par  webmestre1
popularité : 15%

RESPECT TOTAL

Je lève mon micro
Au maestro Soprano
Je tombais et il m’a rattrapé
Sopra et un phrasé qui marque
Des mots qui claquent
Et traquent mes maux
Marque la page et je la tourne
Je rattrape ta teille à la mère et je l’ouvre
Tes textes m’ont tendu la main
Quand les miens sans prétexte m’ont quitté
Sopra c’est pour toi
Je rape l’espoir d’une vie d’équité
Ou l’égalité ne baisse pas son fute à la tune
Futile réalité une main étatique
Et l’argent fait le pouvoir
Et que c’est toujours pas le riche
Qui laisse le pourboire
Alors je demande un pourvoi en confession
Je veux de l’or mais le mériter
Trop pensent que c’est facile sont envieux
Mais devant toi un peu trop tranquilles
Vacille pas fais les bons choix
Ne tombe pas dans la tentation
T’es un bon gars mais un petit cul
Et tes valeurs deviennent perversion
Des pensées enflammées
Et l’ange a des cornes
Et toi t’es borné
T’assume pas tu rêve mais fait la grasse mat
Méfait de l’argent sale pour s’engraisser
Du coup de blouse au coup de boule
Il n’y a qu’un pied
Rien est simple faut cravacher dure
Pour un bout de pain
Et si t’es simplet abandonne
Le français a l’habitude de tout compliquer
Pour un papier trois allers-retours
Pour rembourser pas de détour
Une justice a deux vitesses
Grille un feu rouge pour t’enfermer
Mais cède le passage à la culpabilité
J’ai vu rouge maman
Quand sur la route il t’a précipité
J’ai vu rouge maman
Quand j’ai su qu’il conduisait encore
Et que ta dernière phrase je m’en rappelle encore
C’était si t’es sage tu feras la vaisselle trésor
J’ai vu rouge je te dis couleurs des passions
Mais sans transition elles s’emmêlent
Et prennent la fuite
Sopra c’est l’ascension
Sans pèle mêle
Prend les reines de l’alphabétique
Idées idylliques et le comorien est parti de rien
T’as pas la carrure mais quel charisme
Tu caresse la rime taquine la censure
Susurre les mots sincères
Libère la ceinture pour lâcher du lest
Ulcère de la vie cancer de la glycérine
Et papi se plein d’avoir trop de triglycérides
Sopra je suis comme toi avec 7 ans d’écart
Heureux mais parfois cafarde à l’ écart
Un ciel gris mon isoloir
Car le soleil est illusoire
Le vase est plein le verre est vide
Ce soir quand tu t’es mis à boire
Ta la rime acide la ride des soucis
Une vie construite dans les déboires
T’étais gentil mais la vie t’a claqué
Un couteau dans le dos
Et la chance n’est plus de ton côté
Ton fils a pris la mer et toi t’es accosté
L’ancre au fond du cœur
Tu tente de raisonner
Arguments de haine et de taille
Et taille-toi si t’as l’idée de te tailler les veines
Écarte-toi du chemin de terre
Défige moi quand je serais en pierre
Relève-moi quand je serais parterre
Au sol dans un traquenard
Et éclaire-moi si je suis dans le noir
Je veux le trophée
Et je sais que je n’ai pas décollé
Mais il n’est jamais trop tard pour commencer
Je règle cherche le son
Pour bientôt percer
IBOU et el niño n’a pas d’égo
Son trip que son son soit dans ta vago
Sans vague a l’âme
Je transmets la joie et la tristesse
De mes états d’âme
Mon cœur lacéré entre mes rires
Et mes pluies de larmes
Une lame un peu de fumée
Mais je tire pas l’alarme
Je garde mon sang froid effrayé
Mais pas l’œil baissé
Parfois les idées noires
Mais pas de passage a l’acte
Le tir je vais le rectifier
Un moral intact
Car la sommation n’a pas encore sonnée
Menottes et prison contre ta liberté
Moi je veux éviter léviter
Garder la raison faire les bons choix
Avoir le droit de voter
D’être invité et pas catalogué
Je veux pas me noyer
Même si le bizz is very easy
Et que le taf devient difficile
Je veux raper faire des étincelles
Et pourquoi pas le succès
Monter ma société
Ramasser les pépettes mais sans exploiter
Car je me rappelle quand j’ai commencé
Je sais d’où je viens et j’ai rien à envier
J’ai rien demandé je veux rien regretter
Je sui parti de rien et j’ai peine a grimper
Je mange beaucoup et j’ai du mal à digérer
J’ai l’instinct mais mon destin s’est évadé
Mac giver j’ai vu mais j’ai fais le driver
Un briquet et un peu d’alu
Et t’as le tube de TNT
T’inquiète la mèche était déjà faite
Poche arrière instinct de survie
Un couteau suisse et un pack de gommes
J’ai le teint de l’envie
Les crocs du loup en pleine nuit
Et je mettrais la gomme
Je sortirais mon album
Je ferais du Corp. à Corp. avec Sarkozy
Nique il n’y aura pas le zizi
Et si t’hésite ne l’écoute pas
Tire les bouts et exile-toi
Ne pardonne pas lui ce n’est pas toi
Il te juge mais te connaît pas
Une étiquette et très vite
Le tête à tête se précipite
Et si t’as l’envergure
Ne te fais pas usurper
Ne prend pas l’usure
Et cherche le respect
Un être humain ne fait pas pitié
Il fait péter et si sa case est déplacée
Il peut se faire péter
Deux tours impensables
Mais elles sont tombées
Montparnasse 100 étages
Sans attache il la escaladée
Au passage tu te shoot a la kétamine
Quand au panache il se shoot a l’adrénaline
Prend de l’insuline si t’es asmatique
Je préfère le coca-cola à la cocaline
Je fume un splif et j’asmate l’étatique
Ethique tragique car il n’y a pas de morale
Les valeurs deviennent obsolètes
Car en pleine campagne
J’ai vu des jeunes voler des mobylettes
J’ai vu des hommes tout foutre en l’air
Pour des coups de quète
J’ai su les coups de lames
De mes frères qui saignent
J’ai su les larmes de ta mère
Quand en quête de maturité
Tu t’es mis à fumer et t’as mal tourné
Je tire l’alarme et si je le fais
C’est réellement pour t’éviter de regretter
Mon cœur est une arme et mes impros les balles
Balafrés biafrais et misère édifiée
Je suis en colère et je lève mon verre à la paix
Tranquillité d’un monde ou la composition est homogène
Et qu’on ne jettera plus les bombes sur les indigènes
Indigestes un troisième doigt en l’air
Et le geste est déclaré obscène
Obsédé j’ai la haine et je suis courageux
Quand on m’a dit que mes gênes étaient défectueux
Comportement peu pieux j’ai lavé l’affront
De mes remarques désobligeantes
Je ne suis pas prétentieux j’ai tout a prouvé
Soit indulgent car j’ai raté l’arrêt de la diligence



Commentaires