Le loup et l’agneau

samedi 31 janvier 2015
par  webmestre1
popularité : 18%

Le loup et l'agneau

Un jour de beau temps, un petit agneau se désaltérait à l’eau claire d’une petite rivière, qui passait par la.

Après avoir bien bu, il décida de faire une petite sieste, et alla s’allonger au soleil
dans la petite clairière.

Alors qu’il dormait paisiblement, un gros méchant loup avec de grandes oreilles (et surtout de grandes dents !) arriva dans la clairière, affamé... Il s’approcha du petit agneau en se léchant les babines.

Ce dernier, sentant une ombre compromettre son bronzage, souleva ses lunettes et ouvrit un œil :

  • Bonjour, petit agneau...fit le loup avec une grosse voix.
  • Tu ne vois pas que tu me gène, là ?

Le loup , absolument pas décontenancé poursuivi sa tirade préparée avec soin.

  • Ha ha, je suis venu te maaanger !
  • Mais voyons je suis un petit agneau, je n’ai presque rien sur le dos !
  • Peu m’importe petit agneau, je vais te maaanger !

Le petit agneau avait de la chance, il était tombé sur un loup très bête, qui ne pensait qu’à le manger.

Et le petit agneau était très malin.

Il fit ses petits yeux d’agneau au loup, en le regardant fixement.

  • Oh mon, je...snif, snif... (le petit agneau était un très bon acteur.)
  • ...Je ne veux...snif, je veux pas être mangé, moi !
  • Bouhouhou...

Le loup, devant la petite mine de l’agneau, ne savait plus quoi faire.

Le petit agneau, profitant de ce moment d’hésitation , se jeta sur le loup, sabots en avant en criant :

  • Haaaaaaaayayayahiyaaa !

Car le petit agneau tenait sa malice de sa maman mouton, qui avait pris soin de lui faire suivre des cours de karaté !

Le loup, trop surpris pour réagir, se pris un coup de sabot dans le museau, et un autre dans l’oeil.

Pour finir le petit agneau lui faucha les deux pattes d’un coup, de sorte que le loup tomba dans la rivière.

Mais c’était un loup sportif, et il savait nager !

En quelques brasses, il avait rejoint la berge, et s’appretait à remonter pour enfin dévorer le petit agneau.

Il ne se noya pas au grand regret du petit agneau,

Mais dériva lentement le long de la rivière. Le petit agneau le regarda jusqu’à ce qu’il disparu à l’horizon, puis rentra tranquillement chez lui, un peu déçu tout de même de n’avoir pas pu bronzer.

Quelques jours plus tard, il lu dans son journal favori qu’une nouvelle vedette venait de faire son apparition dans les films des plus grands réalisateurs d’ Hollywood, et faisait fureur en Amérique :

Un certain loup avec de grandes dents...

Judith BALAGAYRIE



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le loup et l’agneau